vous êtes ici : accueil > 3,2,1...Action ! > Infos générales

Vos outils
  • Diminuer la taille du texte
  • Agmenter la taille du texte
  • Envoyer le lien à un ami
  • Imprimer le texte
Document à télécharger

Le 10 décembre ON CONTINUE POUR GAGNER !!

45 % de grévistes dans la Fonction Publique d’État le 5 décembre,
40 % DE GRÉVISTES À LA DGFIP
42 % DE GRÉVISTES À LA DDFIP DE L’AVEYRON

Le gouvernement a tenté de réduire le mouvement du 5 décembre à la défense des régimes spéciaux de retraite, "sources de privilèges et d’inégalités". C’est faux ! Et cela n’a pas fonctionné vu la mobilisation générale !!!

Le régime universel de Macron-Delevoye c’est la fin de tous les régimes de retraites, c’est la fin du code des Pensions de la Fonction Publique, c’est la fin d’une retraite calculée sur les 6 derniers mois d’activité !

C’est le nivellement par le bas et la porte ouverte aux retraites par capitalisation (Voir l’argumentaire en PJ)

Comme le 5 DÉCEMBRE, le 10 DÉCEMBRE ne nous y trompons pas, ce qu’on défend c’est une société qui ne repose pas uniquement sur l’individualisme ! Dans laquelle certains auront tout et d’autres seront privés de tout...

Pour l’abandon de la réforme Macron-Delevoye sur les retraites,
Pour l’abandon du plan Darmanin, dont le nouveau réseau de proximité.

GRÈVE INTERPROFESSIONNELLE NATIONALE ET MANIFESTATIONS

TOUS ET TOUTES EN GRÈVE et EN MANIFESTATIONS INTERPROFESSIONNELLES

LE MARDI 10 DÉCEMBRE !

  • Rodez, 14h30 à la gare, initiatives à partir de 11h
  • Decazeville, 17h rond-point des Tuileries
  • Villefranche, 17h place Fontanges
  • Millau, 17h au départ de la gare
  • St Affrique, à partir de 11h rond-point des gazelles

***

Confronté à la plus grande mobilisation sociale depuis 25 ans et après un an de manifestations hebdomadaires des gilets jaunes, le gouvernement a décidé d’accélérer, de présenter son projet mercredi et de continuer à MENTIR.

MACRON-PHILIPPE-DELEVOYE voudraient enfermer le débat sur les retraites à la question des 42 régimes spéciaux ( en fait à 3 régimes : cheminots, traminots et électriciens gaziers).

Déjà des éléments de langage sont distribués aux ministres et députés pour inonder les médias complaisants de références à ce sujet, et toutes les manœuvres sont bonnes, ainsi la semaine dernière sur France Info un plombier providentiel ( dénommé Olivier) nous a chanté sur tous les tons son admiration pour la réforme Macron...........on avait juste oublié de nous dire qu’il était responsable local de La république en Marche.

La guerre sociale engagée par le Président et son gouvernement va se doubler d’une guerre de l’information, n’en doutons pas.

Mais une chose est sure : la RETRAITE PAR POINTS n’est pas la réforme des régimes spéciaux.

Elle ne se cantonne pas aux 142 000 cheminots et 42 000 agents de la RATP.

NON, elle concerne :

  • 18 millions de salariés du privé.
  • 5 millions de salariés du public
  • 5 millions de chômeurs ( déjà laminés par la réforme de l’assurance chômage la plus dure que l’on ai jamais connue - "une tuerie " pour Laurent Berger secrétaire général de la CFDT)

Et plus largement toute la société et notamment la jeunesse de notre pays directement concernée par ce projet néfaste pour leur avenir.

Et que l’on ne vienne pas nous parler d’universalisme et d’égalité.

De quelle égalité parle-t-on lorsque les statistiques officielles parlent d’un écart de 13 ans d’espérance de vie entre les très riches et les très pauvres, quand la différence d’espérance de vie est de 7,5 ans entre un cadre et un ouvrier, quand les carrières sont particulièrement hachées chez les femmes ( qui sont celles qui sont le plus soumises au temps partiel imposé.....) ( allez dire à un égoutier de Paris dont l’espérance de vie est de 58 ans que l’on va prendre l’intégralité de sa carrière comme salaire moyen de référence au nom de l’universalisme de la retraite par points) .

La retraite par points c’est le basculement d’une retraite par répartition où le montant de la pension est garanti à un système à cotisations définies - niveau de cotisation invariable quelque soit la richesse créée dans le pays- ( comme en Suède ) où le niveau de pension joue le rôle de variable d’ajustement.

L’objectif est de limiter les sommes allouées à la retraite par répartition pour inciter ( déjà des avantages fiscaux ont été votés cet été dans ce sens dans le cadre de la loi PACTE) à la retraite par capitalisation et aux fonds de pensions.

Le modèle suédois, si cher au coeur du Président, est désormais construit autour de 850 FONDS de PENSION alors que parallèlement le niveau de la retraite servie par les caisses publiques n’a cessé de se détériorer ( 90 % des femmes ont ainsi vu leur situation se détériorer par rapport au système par répartition à prestations définies qui prévalait avant la réforme lancée à la fin des années 90 ) , la valeur du point a été revue à la baisse en 2010, 2011 et 2014, et le cumul emploi-retraites ne cesse d’augmenter.

Face à ces réalités et à l’ampleur de la mobilisation, Bruno le Maire et Gérald Darmanin en rajoutent dans le mensonge, ils affirment désormais, toute honte bue, que la valeur du point sera sanctuarisée en oubliant sciemment de dire que la part de la richesse nationale consacrée aux retraites par répartition sera limitée, selon une règle d’or inclue dans le projet, à 13,8 % du PIB.

Article publié le 9 décembre 2019.


Politique de confidentialité. Site réalisé en interne et propulsé par SPIP.